Publié par : Papy40 | 10/08/2016

Antennes Mobiles

Source : Antennes mobiles.fr

Bouygues Telecom Free Mobile Orange SFR

Géolocalisation (cocher la géolocalisation)

2G 3G 4G FH

Fréquences : 700 MHz 800 MHz 900 MHz 1800 MHz 2100 MHz 2600 MHz – Activée :

 

Orange SFR Bouygues Telecom Free Mobile

© 2016 – Tous droits réservés Données mises à jour le 2016-07-29 – Afficher : nouvelles antennes / antennes modifiées

 

Source : PC Astuces

Windows 10 Anniversary Update n’a pas corrigé la faille, présente depuis 1997, et qui permet à des pirates de récupérer les identifiants de connexion de l’utilisateur.

En 1997, un bug était découvert dans Windows. Il permettait à des personnes mal intentionnées de récupérer les informations de connexion (login et mot de passe) du compte Windows. Pour y arriver, le pirate doit mettre en place un partage SMB (Server Message Block) et tenter d’attirer l’utilisateur vers ce serveur à l’aide de l’adresse IP. Si l’utilisateur s’y connecte, le pirate récupère le login, le domaine mais également les hashs LM du mot de passe avec un niveau de sécurité ultra faible et facilement crackable.

Un risque de plus en plus élevé

Microsoft ne s’est jamais vraiment penché sur le problème à cause du faible risque. Mais depuis Windows 8, le compte Windows peut-être lié à un autre compte dans le cloud, à l’image d’un compte Microsoft Exchange, Hotmail ou même Office 365. Le risque est donc beaucoup plus élevé, à condition toutefois de réussir à faire cliquer l’utilisateur sur l’adresse IP depuis une application qui ne dispose pas d’une sécurité comme le navigateur Edge.
Ce bug, découvert en 1997, n’a toujours pas été corrigé, et se retrouve donc encore dans la toute dernière mise à jour Anniversary Update de Windows 10. Il serait donc temps que Microsoft propose un correctif.

 

Source : ZDNet

Mise à jour : Cette première mise à jour massive également baptisée Redstone sera déployée par vagues à partir de demain.

Un an après le le lancement de Windows 10 et quelques jours après la fin de la période de gratuité, Microsoft va pousser comme prévu ce mardi la première mise à jour critique de l’OS baptisée Anniversary Update ou encore Redstone.

Mais les utilisateurs un peu impatients pourraient bien devoir, justement, faire preuve d’un peu de patience. La mise à jour s’effectuera en effet par vagues. C’est ce qu’a précisé lors de la WPC 2016, la nouvelle responsable du programme Windows Insider, Dona Sarkar.

Rien de surprenant à cela. Signalons d’ailleurs que le lancement de Windows 10 en juillet dernier s’était effectué de la même manière. "Cela prendra un certain temps" a reconnu la représentante de l’éditeur, citée par Digital Trends.

"Nous commencerons par les PC et les téléphones, et ce sera un déploiement mondial. Cela prendra du temps" précisait encore Dona Sarkar. Et ce parc de PC et smartphones représente déjà des millions de machines.

Selon les derniers chiffres communiqués par Microsoft, Windows 10 est actif sur 350 millions de terminaux dans le monde. Autant de systèmes qu’il faudra migrer vers l’Anniversary Update à compter du 2 août.

Rappelons quelles sont les nouveautés attendues…

L’outil d’authentification biométrique de Microsoft Windows Hello est bien plus stable et commence à être intégré au sein des applications dans cette version. Cortana peut maintenant être utilisée même sur l’écran de veille et dispose d’une intégration plus grande dans l’OS, elle ne pourra d’ailleurs plus être désactivée.

Le navigateur par défaut Edge supporte maintenant les extensions. Et l’ajout d’une fonctionnalité Windows Ink rend l’utilisation d’un stylet plus facile et plus intéressante.

L’application Mail peut être glissée en barre des taches afin de rapidement voir le nombre de mails non lus tandis que Skype est désormais en Universal App.

Le centre de notifications mis à jour est également plus utile et plus facile à comprendre. Dans la précédente version de Windows 10, les mails non lus étaient parfois affichés, mais le plus souvent cela n’était pas le cas. Maintenant ils s’affichent, aux côtés d’autres informations et astuces.

Le centre de notification vous informe par exemple qu’une nouvelle build preview de Skype est disponible ou vous affiche les résultats de votre dernier scan Windows Defender. La connectivité bluetooth et Wifi est considérablement meilleure.

 

Source : ZDNet

Mise à jour : Contrairement à de nombreux observateurs de l’écosystème Windows, je n’ai pas installé les builds intermédiaires de Windows depuis l’automne dernier. Voici donc mes premières impressions sur Redstone, la mise à jour majeure de Windows qui sera publiée le 2 août.

C’est une tradition. Une nouvelle mise à jour de Windows, un nouvel antitest par votre obligée. (J’ai choisi de designer mes tests sous le terme d’antitest, car contrairement à mes collègues, j’en écris assez peu et je suis généralement bien moins exhaustive qu’eux.)

J’ai eu la chance de tester la future mise à jour anniversaire de Windows 10 (version professionnelle) pendant plusieurs jours. Je suis une des rares à ne pas avoir pris la peine d’installer les 25 versions intermédiaires de Windows 10 publiées au cours des derniers mois. J’ai simplement utilisé la mise à jour de novembre dernier (Build 1511) sur mon ordinateur Acer S7 et sur d’autres machines de prêt. La mise à jour anniversaire est donc entièrement nouvelle pour moi.

Microsoft ne veut pas que nous utilisions l’appellation RTM (Release to manufacturing) pour designer cette version, car Windows 10 bénéficie de mises à jour en continu. Les dirigeants de l’entreprise veulent que nous parlions de dernière version preview.

Néanmoins, la build 14393 que les testeurs ont pu avoir en main la semaine dernière et que j’ai pu installer est effectivement la version « Release to Mainstream » de Windows 10 1607. Remerciements à Ali Robertson pour avoir trouvé ce nouveau nom pour la RTM. La version anniversaire de Windows 10 prévue pour le 2 août s’appuiera sur cette version à laquelle seront ajoutés les derniers correctifs poussés par Microsoft dans la dernière semaine.

Cette version est la seconde mise à jour majeure de Windows 10 en termes de fonctionnalités depuis la sortie officielle de l’OS en juillet 2015. La première était la mise à jour d’automne 2015. Microsoft ne souhaite pas non plus que nous utilisions la terminologie Service/feature pack, mais cette mise à jour correspond concrètement à un Windows 10 Feature pack 2. C’est un condensé des améliorations, correctifs et ajouts que Microsoft a développé depuis l’automne dernier.

D’un point de vue purement grand public, peu de fonctionnalités de cette version attireront l’attention.

Cortana a pris du muscle

L’outil d’authentification biométrique de Microsoft Windows Hello est ainsi bien plus stable et commence à être intégré au sein des applications dans cette version. Cortana peut maintenant être utilisée même sur l’écran de veille et dispose d’une intégration plus grande dans l’OS. Le navigateur par défaut Edge supporte maintenant les extensions. Et l’ajout d’une fonctionnalité Windows Ink rend l’utilisation d’un stylet plus facile et plus intéressante.

Abordons d’ailleurs la question du stylet. Je ne suis pas une grande utilisatrice de stylet. Microsoft m’a prêté une Surface Pro 4 afin de pouvoir tester les nouvelles fonctionnalités de Windows Ink. Parmi elles, on retrouve une mise à jour sur le pense-bête et d’autres applications ont également eu droit à des mises à jour pour rendre l’usage du stylet plus intuitif.

J’ai essayé de m’y intéresser, chers lecteurs. Mais je n’ai ni le besoin ni l’envie d’utiliser un stylet sur mon PC ou mon ordinateur portable. Je comprends très bien que les étudiants ou les artistes ont intérêt à utiliser ce type de périphériques. Mais j’ai coupé les ponts avec le stylo et le papier et j’utilise Notepad depuis un an pour ma prise de note. Un stylet n’est pas parvenu à me faire changer mes habitudes. Je l’ai trouvé maladroit et les mises à jour apportées au pense-bête ne m’ont pas paru peu fiables. Mais votre appréciation de ces fonctionnalités sera probablement différente.

Cortana est devenue plus robuste. Je trouve toujours que converser avec mon ordinateur, même seule ou à mon bureau, a quelque chose de très artificiel. Quand Hello est activé, l’idée de le faire fonctionner au-dessus de l’écran de veille paraît assez vain, étant donné que l’écran de veille disparaît généralement très vite. Mais sur mon Acer S7, qui ne supporte pas hello, la possibilité d’avoir accès à la météo, à la conversion d’unité ou à d’autres informations de base uniquement via la voix est plutôt utile. Cela ne transforme pas votre machine en Amazon Echo mais c’est un début.

Le support des extensions sur Edge est juste HENAURME. J’ai jusque là évité d’utiliser Edge sur mon ordinateur portable, car les publicités ont complètement ruiné celui-ci en matière de performance et de rapidité. Les bloqueurs de publicités rendent Edge plus compétitif face à Chrome. Voilà, je l’ai dit, et ce malgré le fait que mon gagne-pain dépende entièrement des espaces publicitaires sur le web. AdBlock et AdBlock Plus ne sont pas les seules extensions disponibles sur le store, Lastpass l’est également, ainsi qu’Evernote, Amazon Assistant, OneNote Web Clippers, Save to Pocket et quelques autres.

N’en déplaise aux tests présentés par Microsoft qui montrent qu’Edge est plus performant que Chrome, je n’en ai pas eu la sensation sur les sites que j’ai visités. Mais avec cette mise à jour, Edge devient suffisamment évolué pour que je puisse l’utiliser régulièrement si ce n’est plus souvent que Chrome. Mais pour mon type de recherche, Chrome semble néanmoins me remonter de meilleurs résultats de recherche. (Mise à jour :  Comme me le faisait remarquer un lecteur, j’aurais pu simplement utiliser Google sur Edge.

Je suis sceptique à l’égard des résultats de cette technique, vu la façon dont Bing est intégré en profondeur au sein de Windows 10 et de Cortana, mais je vais essayer) Hello fonctionne maintenant bien mieux et plus rapidement selon moi, ce qui n’était absolument pas le cas à la sortie initiale de Windows 10. J’avais fini par le désactiver sur ma Surface Book, car c’était au final plus une nuisance qu’un bénéfice. Mais avec cette mise à jour et une surface Pro 4 Hello est fonctionnel et parvient à reconnaître mon visage, malgré quelques défauts.

Mail devient passable 

Ce qui m’a le plus surpris dans cette mise à jour, c’est là façon dont les applications livrées avec Windows et les fonctionnalités qui leurs sont intégrées fonctionnent ensemble.

L’application Mail fournie directement sur Windows a toujours été plutôt mauvaise. Mais sur cette version Anniversaire, elle devient presque passable. L’application peut ainsi être glissée en barre des taches afin de rapidement voir le nombre de mails non lus. Et il me semble qu’elle se synchronise plus rapidement et de façon plus automatisée. J’ai survolé l’Universal app pour Skype, mais cette nouvelle version me paraît également solide et tout à fait utilisable.

Le centre de notifications mis à jour est également plus utile et plus facile à comprendre. Dans la précédente version de Windows 10, mes mails non lus étaient parfois affichés, mais le plus souvent cela n’était pas le cas. Maintenant ils s’affichent, aux côtés d’autres informations et astuces. Le centre de notification vous informe par exemple qu’une nouvelle build preview de Skype est disponible ou vous affiche les résultats de votre dernier scan Windows Defender.

J’ai aussi remarqué que la connectivité bluetooth et Wifi est considérablement meilleure que ce que j’avais supporté depuis la mise à jour de novembre 2015.

Les utilisateurs Windows 10 sur la branche active et la branche pour les business devraient bénéficier de la mise à jour par défaut dans quelque temps. C’est le nouveau système de Windows, les mises à jour de fonctionnalités ne sont plus optionnelles et sont obligatoires pour ces utilisateurs.

Mais la réelle raison qui pousse Microsoft à présenter sa préversion pour obtenir des tests est l’approche de la date du 29 juillet, qui signe la fin de l’offre de migration gratuite vers Windows 10. Après vendredi, les utilisateurs sous Windows 7, 8 et 8.1 ne pourront plus obtenir une copie de Windows gratuitement. Et Microsoft promet que cette offre ne sera pas renouvelée.

Mon conseil pour ces utilisateurs est donc de penser à migrer dès maintenant, que les fonctionnalités apportées par ces mises à jour vous intéressent ou pas. Cette mise à jour rend Windows 10 et ses différents programmes bien plus stables et plus performants.

Cet article est une traduction de " First look: Microsoft’s Windows 10 Anniversary Update " publié initialement sur Zdnet.com

 

Source : ZDNet

Technologie : En matière de stabilité, de performance et de sécurité, Flash n’est clairement pas l’idéal. Mozilla a donc décidé de bloquer progressivement les contenus Flash dans Firefox. Pour l’internaute, le blocage sera invisible.

Entre les navigateurs Web et Flash, c’est désormais loin d’être une histoire d’amour. Et Mozilla le démontre une fois de plus en annonçant qu’il va réduire l’utilisation du plugin dans Firefox.

Les raisons sont simples : ces extensions posent souvent "des problèmes de stabilité, de performance et de sécurité". Mozilla compte bien contribuer à "réduire la dépendance aux contenus Flash au quotidien."

Moins de Flash et moins de tracking des internautes

Et ce dès le mois d’août. Très prochainement donc, seront bloqués dans Firefox "certains contenus Flash qui ne sont pas essentiels à l’expérience de l’utilisateur". Pour l’internaute, ce blocage sera transparent.

Sur GitHub, les développeurs précisent que cette liste de blocage est pour le moment réduite et couvre "certains fichiers Flash SWF" dont la fonction apparente est d’établir une empreinte numérique des utilisateurs ou d’effectuer du tracking via des "supercookies" Flash.

Pour les internautes, ce filtrage ne constitue en effet pas un désagrément, d’autant que Mozilla estime pouvoir ainsi "réduire le nombre de plantages ou blocages de 10%." Progressivement, la liste de blocage sera étendue à d’autres composants Flash avec à la clé une autonomie accrue de la batterie, un "chargement plus rapide des pages" et une "meilleure réactivité du navigateur".

10% de plantages ou blocage en moins

Autant de raisons de ne pas regretter Flash. Toutefois, Mozilla avancera pas à pas pour minimiser les problèmes de compatibilité des sites. Les "changements seront limités à une liste définie de contenus Flash pouvant être remplacés par un format HTML" mentionne donc l’éditeur de Firefox.

L’objectif pour Mozilla en 2017 est de placer entre les mains de l’utilisateur le contrôle de Flash. En clair, si un site Internet souhaite activer ce format, cela ne sera possible qu’après validation de l’internaute.

"Les sites internet utilisant actuellement le format Flash ou Silverlight pour les vidéos et autres jeux en ligne doivent donc penser dès maintenant à adopter le format HTML" prévient par conséquent Mozilla.

Flash bénéficie encore d’un sursis dans Firefox. En mars prochain, plus aucun plugin NPAPI ne sera supporté, à l’exception de Flash. Différents plugins, comme Silverlight et Java, continueront de bénéficier d’un support dans le navigateur jusqu’à début 2018.

 

Source : ZDNet

Mise à jour : Dans un post de blog, l’équipe Skype détaille les évolutions à venir sur l’architecture de son application. Skype entend abandonner son modèle historiquement basé sur le pair à pair pour évoluer vers une architecture entièrement tournée vers le cloud et donc Azure de Microsoft.

Skype annonce sa transition d’architecture. Dans un post de blog, l’équipe de développement du logiciel de messagerie explique les récents développements opérés dans l’architecture du logiciel racheté par Microsoft. Historiquement, Skype est basé sur une architecture ayant recours au pair à pair pour fonctionner. Une architecture fréquemment considérée comme l’une des raisons de son succès, mais qui ne correspond plus vraiment aux réalités auxquels les utilisateurs sont confrontés. Et Microsoft entend progressivement faire migrer Skype vers une architecture uniquement basée sur le Cloud.

« Cette transition est déjà en cours depuis un certain temps et n’est pas encore complète », explique Gurdeep Pall, directeur de l’équipe Skype chez Microsoft. Celui-ci confie également que c’est cette transition qui est à l’origine des nombreux bugs et dysfonctionnements de l’application rencontrés par les utilisateurs ces derniers temps.

Des problèmes tels que des soucis de synchronisation de notification et de messages entre différents appareils ont pu apparaitre pour les utilisateurs. Des problèmes que l’équipe de Skype explique tenter de résoudre : ils recommandent notamment de veiller à ce que l’application soit à jour pour éviter ce type de problèmes.

Le post de blog explique également que l’essentiel des efforts de l’équipe se concentrera sur l’Universal App de Skype ainsi que sur les versions mobiles pour iOS et Android. Gurdeep Pall ne donne aucune date précise pour la fin de la transition vers la nouvelle architecture, mais explique que celle-ci se fait progressivement et que de nombreuses fonctionnalités exploitent déjà ce nouveau mode de fonctionnement. Le support en parallèle des deux modes de fonctionnement est à l’origine de nombreux problèmes, qui devraient être pour la plupart résolus une fois la migration achevée.

Publié par : Papy40 | 21/07/2016

Windows 10 : Microsoft mis en demeure par la Cnil

 

Source : ZDNet

Juridique : L’autorité française en charge de la protection des données a adressé à Microsoft une mise en demeure lui donnant trois mois pour “cesser la collecte excessive de données et le suivi de la navigation des utilisateurs sans leur consentement”.

Dans un communiqué, la Cnil (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a rendu publique une mise en demeure adressée à Microsoft à qui il est reproché une “collecte excessive” de données via Windows 10. La Cnil dit avoir été alertée par voie de presse ainsi que par des courriels de partis politiques à propos de ce problème, ce qui l’a conduit à mener sept contrôles en ligne sur la période avril-juin 2016. Plusieurs manquements à la loi Informatique et Libertés ont été relevés.

Pour commencer, le service de télémétrie de Windows 10 se livre à une collecte excessive d’informations, en récoltant des données d’usage des applications Windows et du Windows Store qui ne sont pas nécessaires à son fonctionnement estime la Cnil. L’autorité pointe également un défaut de sécurité au niveau du code PIN à 4 chiffres utilisé pour sécuriser l’accès aux services en ligne et au compte Microsoft. “Le nombre de tentatives de saisie de ce code PIN n’est pas limité, ce qui n’assure pas la sécurité et la confidentialité des données des utilisateurs”.

De la publicité ciblée dans le collimateur 

La Cnil dénonce aussi la présence d’un “identifiant publicitaire” activé par défaut lors de l’installation de Windows 10 et qui sert à pousser des publicités ciblées sans consentement préalable des usagers. De même, “la société dépose sur les terminaux des utilisateurs des cookies publicitaires, sans les en avoir au préalable correctement informés, ni mis en mesure de s’y opposer”.

Enfin, Microsoft est pointé du doigt pour le transfert des données personnelles de ses clients vers les États-Unis en vertu du Safe Harbor ce qui, rappelle la Cnil, “n’est plus possible depuis la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 6 octobre 2015”.

En conséquence, Microsoft a trois mois pour se mettre en conformité avec la loi sur ces différents points. Dans le cas contraire, l’éditeur s’expose à l’ouverture d’une procédure qui pourra déboucher sur une sanction accompagnée d’une amende. “L’objet de cette mise en demeure n’est pas d’interdire toute publicité sur les services de la société mais de permettre aux utilisateurs d’exercer leur choix librement en étant correctement informés de leurs droits”, souligne la Cnil. (Eureka Presse)

 

Source : ZDNet

Business : A un mois de la fin de la gratuité de Windows 10, Microsoft écoute enfin les critiques des utilisateurs et propose un pop-up de notification qui laisse vraiment le choix.

Comme nous l’indiquions mardi dernier, Microsoft va bel et bien modifier sa fenêtre de notification invitant les utilisateurs à passer sous Windows 10. A un mois de la fin de la gratuité du nouvel OS, Redmond assure avoir entendu les critiques (une fois encore) et entend jouer la transparence.

"Depuis que nous avons introduit cette nouvelle approche de mise à jour pour Windows 10, les retours que nous avons reçu de nos clients la trouvent déroutante. Nous avons travaillé dur pour prendre en compte ces retours et cette semaine, nous diffuserons une nouvelle expérience de migration avec des options claires pour mettre à jour immédiatement, à une date définie ou pour décliner l’offre", indique à The Verge Terry Myerson, responsable Windows chez Microsoft.

Il faut dire que cette notification était loin d’être limpide. D’abord cliquer sur la croix de fermeture de la fenêtre vaut consentement. D’autre part, l’option permettant de refuser la mise à jour pouvait être jugée trop peu visible.

Preuve que la firme a tenu compte des critiques cette fois, la croix de fermeture du pop-up ne déclenchera plus la planification de la mise à jour et les trois choix : mettre à jour immédiatement, à une date définie ou décliner l’offre sont clairement affichés.

A noter que Microsoft fournira également du support gratuit pour les utilisateurs confrontés à des difficultés lors de la mise à jour, dont du support afin de rebasculer sur la version initiale de Windows.

Naturellement, Microsoft ne change pas de cap et continue de recommander de migrer sous Windows 10, présenté "comme la version la plus sécurisée de Windows", et ce de préférence avant la fin de la gratuité (après le 29 juillet). Si cette fin de gratuité est réellement actée, car rappelons que Microsoft entend équiper un milliard de machines d’ici la fin de l’année prochaine, aujourd’hui le compteur étant à 350 millions.

 

Source : ZDNet

Technologie : Une américaine accusait Microsoft d’avoir migré à son insu son PC sous Windows 10. Son ordinateur est tombé en panne et son entreprise a été paralysée. La justice américaine a reconnu le préjudice et condamné Microsoft à 10.000 dollars de dommages et intérêts.

La fin de la gratuité de Windows 10 approche à grands pas, et Microsoft est accusé d’insister un peu trop auprès des utilisateurs pour les encourager à migrer. Une polémique a d’ailleurs été récemment déclenchée suite à la modification du pop-up de notification, jugé trompeur.

Ce n’est toutefois pas en raison de ces invitations répétées à migrer sous Windows 10 que Microsoft a été condamné aux Etats-Unis. Selon le Seattle Times, cette condamnation fait suite à une installation forcée de l’OS quelques jours seulement après la sortie de Windows 10 en juillet 2015.

PC migré à l’insu de son  plein gré et agence de voyages pénalisée

Teri Goldstein, gérante d’une agence de voyages en Californie, a constaté que son ordinateur avait effectué la mise à jour, sans son consentement assure-t-elle. Problème : le PC n’était plus fonctionnel ensuite et son travail s’en est trouvé affecté.

Le support de l’éditeur de Redmond ayant été incapable de résoudre la panne, Teri Goldstein a déposé plainte pour obtenir réparation pour le préjudice professionnel et la perte de son ordinateur. Le tribunal lui a donné raison et Microsoft a ensuite renoncé à faire appel.

La plaignante a dans cette affaire été indemnisée à hauteur de 10.000 dollars. Contactée, la firme nie tout acte répréhensible et explique avoir renoncé à son appel afin d’éviter les frais d’une nouvelle procédure.

Microsoft a dû à plusieurs reprises déjà s’expliquer sur ses techniques pour optimiser les migrations, qualifiées d’agressives. "Les utilisateurs reçoivent de multiples notifications pour accepter la montée de version, et peuvent reprogrammer ou annuler l’upgrade s’ils le souhaitent" commentait cependant l’éditeur début juin.

"La mise à jour Windows 10 est un choix" ajoutait-il encore. Toutefois, selon des sources de ZDNet, ces méthodes feraient polémique au sein même de l’éditeur. Des salariés de Microsoft dénoncent eux-mêmes en interne ces méthodes auprès des cadres de la division Windows et d’autres dirigeants de l’éditeur.

 

Source : Numerama.com

Guillaume Champeau Guillaume Champeau – 03 juin 2016 – Tech

    Selon une capture d’écran diffusée par The Register, Microsoft changerait à nouveau de méthode pour imposer la mise à jour vers Windows 10. Cette fois littéralement.

En début de semaine, nous publions un billet d’humeur pour nous agacer de ce que Microsoft programmait automatiquement une mise à jour vers Windows 10, et considérait que l’internaute informé par une popup était d’accord dès lors qu’il fermait la fenêtre, peut-être sans même l’avoir lue. Visiblement nous ne sommes pas les seuls à nous être offusqués puisque selon certains témoignages, il ne serait tout simplement plus possible de fermer la fenêtre… ni de refuser la mise à jour.

Le site britannique The Register publie ainsi la capture d’écran réalisée par un lecteur, qui montre qu’en lieu et place de la popup, Windows 7 lui a affiché une fenêtre qui impose de programmer une mise à jour vers Windows 10, avec un réglage de la date et de l’heure de l’opération. Il y a deux boutons sur la fenêtre ; le premier qui permet de confirmer la date et l’heure saisis ; le deuxième qui permet de demander une mise à jour immédiate.

Il n’y a aucun autre bouton pour refuser la mise à jour, ni de bouton « X » pour fermer la fenêtre (ce que Microsoft prenait de toute façon pour un accord).

schedule

Comment faire ?

Les utilisateurs qui souhaitent refuser la mise à jour pourront toujours mettre une date de programmation très lointaine. Notez qu’au pire, en cas de mise à jour involontaire, il est possible de revenir vers Windows 7 ou Windows 8 en refusant d’accepter les conditions d’utilisation de Windows 10, présentées lors du premier lancement du système d’exploitation.

Le refus entraîne en effet une annulation de l’installation de Windows 10 puisque, même s’il peut forcer l’installation des fichiers du système, Microsoft ne peut pas encore obliger l’utilisateur à accepter son contrat.

La mise à jour vers Windows 10 reste gratuite jusqu’au 29 juillet 2016. Il faudra ensuite payer une licence. Notez que si vous avez déjà effectué la mise à jour et que vous devez réinstaller votre système, la gratuité de Windows 10 ne vaudra que si vous réinstallez l’OS sur le même ordinateur, reconnu par ses principaux composants. En cas de changement de carte mère ou de processeur par exemple, il devrait être imposé d’acheter la licence de Windows 10, auquel vous vous serez habitué.

Older Posts »

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés