Publié par : Papy40 | 26/11/2010

Solutions Mobiles

Licences 4G : Besson veut 4 lots et un coup de pouce aux MVNO

par Olivier Chicheportiche, ZDNet France. Publié le 25 novembre 2010

Tags: 4G, LTE, Téléphone Mobile, Législation

  Législation – Eric Besson, le ministre délégué à l’Economie numérique, estime que cette approche permet d’éviter l’émergence d’un acteur dominant dans le très haut débit mobile (LTE).

Le tout nouveau ministre délégué à l’Economie numérique entend dès à présent reprendre la main sur les dossiers chauds du moment. Eric Besson s’est ainsi penché en premier lieu sur le processus d’attribution des licences 4G exploitant la technologie LTE.

Initialement, l’Arcep, le régulateur des télécoms, avait pour objectif d’attribuer plusieurs licences pour deux bandes de fréquences : 800 MHz et 2,6 GHz, à travers deux appels à candidatures successifs. Après la consultation publique lancée en juillet dernier, l’Autorité tablait sur le lancement d’une procédure d’attribution avant la fin de l’année.

Lors des Assises du Numérique, qui se tiennent actuellement à Paris, Eric Besson n’a pas remis en cause ce calendrier afin de tenir ses objectifs, à savoir "accélérer les déploiements des réseaux très haut débit fixe et mobile". 

Mais le ministre plaide pour une modification des conditions d’attribution avec un redécoupage des licences en 4 lots : deux lots de 5 Mhz et deux lots de 10 Mhz.

"Valoriser les MVNO"

Pour Eric Besson, un tel système permet d’éviter le risque de voir apparaître un opérateur dominant présent sur une bande de 15 MHz. Reste que cette approche interdit à tout nouvel entrant de concourir puisque ces 4 lots seront réservés aux quatre opérateurs en place : Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR.

Le ministre estime également que ces modalités permettront de "favoriser les opérateurs virtuels". "La procédure d’attribution (doit inclure) un critère valorisant l’accueil d’opérateurs mobiles virtuels. La concurrence reste le meilleur gage pour l’innovation au service du consommateur", a fait valoir le ministre sans donner plus de détails sur cette question.

On le sait, l’influence de ces opérateurs virtuels sur le marché français de la téléphonie mobile est marginale avec seulement 3,8 millions d’abonnés (sur un total de 62 millions), soit une part de marché d’environ 6%. Insuffisant pour animer la concurrence, d’autant plus que seuls deux MVNO ont atteint une taille critique (Virgin Mobile et NRJ Mobile).

Le régulateur des télécoms a bien tenté d’imposer des engagements en faveur des MVNO lors de l’appel à candidatures de la 3e licence 3G en 2008-2009. Mais le seul candidat en lice, Free, a préféré faire l’impasse sur ces engagements qui n’étaient pas discriminatoires.

Aujourd’hui, malgré le soutien du régulateur, de l’Autorité de la concurrence et des associations de consommateurs, les MVNO craignent d’être oubliés et réclament que les conditions d’attribution permettent l’émergence du statut de Full MVNO.

Ce statut permet aux opérateurs virtuels de gagner en autonomie vis-à-vis de leur clientèle, en réactivité, en maîtrise de la qualité de leurs services et des coûts à travers la maîtrise de composants techniques comme le HLR. Mais, contrairement à la plupart des autres pays européens, ce modèle peine à s’imposer en France.

Alternative Mobile (qui regroupe la plupart des MVNO français)  "redoute que malgré la détermination de l’ARCEP, les arbitrages rendus par le Gouvernement en perspective de la finalisation des appels 4G soient davantage dictés par des objectifs budgétaires de court terme en vue d’une maximisation de la valorisation des fréquences, que par des objectifs de long terme en faveur du dynamisme concurrentiel et de l’innovation dans le secteur des télécoms".

Si de telles mesures ne sont pas prises, les MVNO craignent tout simplement de disparaître comme le souligne une récente étude.

Rappelons que les appels à candidatures doivent être publiés mi-décembre 2010, les fréquences 2,6 GHz seront attribuées avant fin mars 2011, fin juillet pour les fréquences 800 MHz.

NOTA : MVNO qu’est-ce ?
           (anglais) Mobile Virtual Network Operator
           (français) Opérateur de Réseau Mobile Virtuel

Publicités

Responses

  1. Les MVNO, kesako ? ?
    Apparus en 2005 avec l’ouverture du marché de la téléphonie mobile, les MVNO (Mobile Virtual Network Operator) sont les nouveaux opérateurs de téléphonie mobile. Ils se distinguent des trois opérateurs SFR, Orange et Bouygues Telecom, car ils ne possèdent ni de spectre de fréquence propre ( SFR et Orange émettent sur le 900 MHz, Bouygues Telecom utilise le 1800 MHz) ni d’infrastructure de télécommunication.

    Mais alors comment font-ils pour proposer des abonnements téléphoniques ?
    Les MVNO achètent en réalité des minutes de téléphonie (MOU pour Minute Of Use) aux opérateurs traditionnels qu’il revendent ensuite à leurs clients. Ces nouveaux opérateurs offrent donc aux utilisateurs un choix supplémentaire d’offres tarifaires qui peuvent coller au besoin de chacun.


Catégories