Publié par : Papy40 | 05/04/2011

Free : Xavier Niel promet du quadriplay illimité à moins de 50 euros

Lien : ZDNet

par Olivier Chicheportiche

Le patron d’Iliad a réaffirmé ses ambitions de casser les prix de la téléphonie mobile en France et en profite pour égratigner les marges de ses concurrents. Des attaques qui en ulcèrent certains…

Les premières offres de Free Mobile sont attendues pour janvier 2012. Et l’on sait déjà que l’opérateur entend casser les prix. Licence en poche, Iliad promettait déjà de diviser la facture mobile des Français par deux.

Un objectif réaffirmé par Xavier Niel, invité de l’émission Capital sur M6, ce dimanche. Le magnat cite ainsi l’exemple d’une famille de quatre personnes ayant un abonnement Internet et des forfaits mobiles illimités.

C’est une dépense qui peut atteindre "4000 euros par an". Et de poursuivre : "On a annoncé qu’on ferait plus que diviser par deux le prix de ce type d’offres, c’est ce que nous ferons".

Concrètement, le patron promet des forfaits quadriplay illimités qui seront "significativement à moins de 50 euros". "Nous gagnerons de l’argent si nous arrivons à faire la meilleure offre, à créer du bouche à oreille qui nous évitera des coûts colossaux", précise-t-il.

Des idées qui seront reprises par la concurrence

La concurrence devra bien s’adapter car si on trouve des offres quadriplay à ce prix chez Bouygues Telecom ou SFR, elles s’appliquent à de petits forfaits mobiles (1 ou 2h de voix).

Mais la contre-attaque a déjà commencé : certains opérateurs multiplient les programmes de rabais pour les multi-abonnements dans le même foyer : Multi-Pack chez SFR, Multi-Lignes chez Bouygues Telecom avec de sérieuses économies à la clé.

Reste que malgré ces économies, il faudra encore faire des efforts. Exemple avec le quadriplay de Bouygues Telecom avec mobile illimité (forfait Neo 24/24 + Bbox) qui est facturé (réductions déduites) à 74,80 euros par mois.

Néanmoins, le modèle économique de Free Mobile ne laisse pas insensible. Ainsi, le fait de ne plus subventionner le mobile lors de la souscription d’un abonnement (permettant donc de baisser de façon substantielle le prix du forfait, notamment pour les smartphones) fait son chemin chez la concurrence.

Niel dénonce les marges des opérateurs concurrents

Selon un responsable d’un grand opérateur interrogé par nos soins, "il n’est plus possible de vendre des smartphones à 40 euros voire à 1 euro alors que ces machines coûtent en réalité plus de 500 euros. Il va falloir modifier ces habitudes avec un prix qui reste acceptable mais qui permet de bouger le curseur des forfaits".

Xavier Niel s’en est également pris aux marges de ses petits camarades. "On a une malchance en France, c’est d’avoir les prix les plus élevés au monde. Aujourd’hui quand vous achetez un forfait mobile, plus de 30 % du prix que vous versez à l’opérateur, c’est du profit pour lui, directement. Quelles sont les entreprises en France qui font 30 % de marge ? Ca n’existe pas. La grande distribution fait 1, 2, 3 % de bénéfices".

Un constat réfuté par les acteurs en place. "Free joue avec les mots en évoquant une marge de 30%. Il s’agit de la marge brute qui est très éloignée de la marge nette. Le secteur de la téléphonie mobile est rentable, mais pas à ce point", glisse notre interlocuteur.

Publicités

Catégories