Publié par : Papy40 | 13/02/2012

Grave incident sur le réseau d’Orange qui demande à Free Mobile d’ouvrir ses antennes

 

Source : ZDNet

par Olivier Chicheportiche. Publié le 13 février 2012

 

Business – L’opérateur historique affirme une nouvelle fois que l’essentiel des communications de Free Mobile passe via son réseau. Au point d’avoir généré un "grave incident" la semaine dernière. Le p-dg d’Orange assurait pourtant il y a une semaine que le risque de saturation n’existait pas…

La tension est encore montée d’un cran entre Orange et Free Mobile, concurrents mais également partenaires puisque le premier fournit un accord d’itinérance au second.

Après des accusations à peine voilées d’Orange sur l’allumage effectif du réseau de Free Mobile, après la charge des syndicats de cadres des opérateurs télécoms, après l’attaque de SFR qui affirme avoir des preuves d’un allumage plus que partiel, Orange revient à la charge. Sans prendre de gants.

Selon Le Point, l’opérateur historique a adressé un courrier à Maxime Lombardini, directeur général de Free, le 8 février. Cette missive fait part d’un "très grave incident" survenu le 7 février au soir sur le réseau Orange.

Pendant deux heures, le réseau aurait été indisponible pour certains abonnés de Free, mais aussi d’Orange. En fait, l’infrastructure de l’opérateur aurait plié face au trop grand nombre de communications passant essentiellement par Orange et très peu (voire pas du tout) par le réseau propre de Free Mobile qui compterait désormais un million de clients. Selon ses mesures, plus de 97 % des communications de Free Mobile passent par ses antennes-relais.

Changement de ton
Orange ne plaisante pas et exige que Free allume toutes ses antennes pour prendre en charge les communications des 27% de la population qu’il couvre. De quoi remettre en cause l’accord d’itinérance entre les deux groupes, accord valable seulement si Free respecte ses engagements de couverture ?

Un comité de pilotage de l’accord d’itinérance doit justement avoir lieu ce mardi. Les discussions risquent d’être âpres.

Du côté de Free, le discours ne change pas : le réseau est opérationnel et monte en charge. Auditionné par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, Xavier Niel, le patron de Free s’est voulu clair.

"L’Arcep a validé la couverture active de notre réseau et nous continuons à poser des antennes. Le seul moyen de fonctionner économiquement, c’est d’avoir son réseau. Pour l’instant, nous avons aussi un accord commercial avec Orange qui nous permet de couvrir la quasi-totalité de la population. Ce réseau nous le louons à Orange, c’est fantastique mais ce n’est pas la meilleure solution. On ne pourra ainsi pas se contenter d’un accord d’itinérance avec Orange puisque nous gagnerons de l’argent avec une couverture de 90%".

Et d’être un peu plus précis : "A Paris, nous avons très peu d’antennes, c’est vrai. Nous sommes bien plus présents dans les villes moyennes. Nous disposons de 1000 antennes actives, je dis bien actives. Il y a un trafic significatif qui passe par notre réseau. Nous en avons commandé 5000. Nous serons en avance sur nos engagements de 90% de couverture en 2018".

Face à ces doutes, rappelons que le régulateur a accepté de vérifier à nouveau le réseau de Free. "Dans un souci de transparence et de sérénité", le gendarme des télécoms a demandé à Free Mobile "d’actualiser les informations relatives à l’état de son réseau" et qu’il "engagera une vérification sur le terrain". Les résultats de ces contrôles seront rendus publics.

On s’étonnera néanmoins des déclarations d’Orange. Il y a une semaine, devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, Stéphane Richard, le p-dg assurait que la saturation ne menace pas son réseau, même en accueillant Free Mobile via un accord d’itinérance 2G (voix) et 3G (data).

"Notre réseau héberge Free et il est dimensionné pour accueillir le trafic issu de l’itinérance. Mais il n’y pas de risque de saturation même s’il faudra ajuster certains goulets, des points d’étranglement", explique-t-il.

Visiblement, en une semaine, les choses ont particulièrement évolué…

Publicités

Catégories