Publié par : Papy40 | 31/01/2013

BlackBerry 10 : "Une nouvelle ère pour un nouveau départ" ?

 

Source : ZDNet

Stratégie : Lors d’un lancement mondial, RIM qui désormais se fera appeler BlackBerry, a présenté son nouvel OS mais surtout ses deux premiers smartphones et son écosystème applicatif.

Olivier Chicheportiche

Par Olivier Chicheportiche | Mercredi 30 Janvier 2013

C’était sûrement le jour le plus important de la longue histoire de RIM. Ce mardi a eu lieu le lancement mondial de BB10 et de ses deux smartphones associés, point de départ d’une "nouvelle ère" pour le fabricant, selon les mots de Thorsten Heins, le p-dg du canadien.

Et pour bien marquer le coup, un changement d’image important a été opéré. La marque RIM (Research In Motion) fondée en 1984 passe à la trappe, remplacée par BlackBerry. La décision a du sens, elle permet de renforcer l’image du fabricant à un moment critique.  "Une marque, une promesse", lance le dirigeant.

Et de poursuivre : "C’est notre plus grand lancement, nous sommes sur la ligne de départ. Nous avons changé notre vision, tout redessiné, repensé, réinventé". "Nous révolutionnons le monde du mobile-computing", ajoute Christophe Lefort, directeur général Europe de l’Ouest.

Inutile de rappeler l’enjeu pour le groupe.  BlackBerry a raté le virage du tactile et n’a cessé de perdre depuis des années des positions, aussi bien dans les entreprises que dans le grand public, pris en tenaille par Android et iOS.

Une vraie approche perso/pro

En 2012, ses ventes ont chuté de 35% tandis que sa part de marché a été divisée par deux, tombant à 4,5%. Il y a quelques années, RIM trustait encore le podium. Opération de la dernière chance, diront certains. Peut-être pas, mais l’entreprise de Waterloo joue gros. C’est certain.

Lors de cette présentation, Thorsten Heins et son équipe est bien évidemment revenu sur le nouvel OS, complètement repensé.

Nous avons plusieurs fois eu l’occasion d’en parler, BB10 est plutôt innovant et propose une expérience utilisateur intéressante, novatrice, notamment à travers l’approche BlackBerry Flow et sa gestuelle nouvelle. Cette dernière évite par exemple de passer par l’écran d’accueil pour jongler entre les applications.

On ne reviendra pas non plus sur les fonctions dédiées aux professionnels, notamment BlackBerry Balance qui permet de séparer hermétiquement usage pro et perso d’un simple geste tout en partageant les mêmes applications. Ni sur la sécurité, le cryptage… Autant d’arguments pour (ré)imposer Blackberry dans les entreprises et le faire profiter de la tendance BYOD.

Le Z10 disponible en février, le Q10 en avril

Lors de cette keynote, quelques nouveaux services ont été présentés, notamment une fonction de travail collaboratif qui permet à l’utilisateur d’afficher sur son écran, l’écran d’un autre utilisateur et les fichiers ou applications qu’il utilise. Dans le multimédia, BB10 propose Story Maker qui permet simplement de créer des séquences incluant des photos, des vidéos, de la musique et même un générique.

Mais au-delà de l’interface qui a son importance, l’enjeu se situe d’abord au niveau des terminaux et des applications, critères principaux de choix pour les consommateurs.

Sans surprise, le Z10 a été présenté. Porte étendard de BB10, ce terminal 4G et doté d’un écran de 4,2 pouces, d’une puce dual core à 1,5 Ghz tranche avec le design historique du canadien. Certains lui reprocheront son air de famille prononcé avec l’iPhone 5. D’autres salueront son design réussi. Reste à savoir s’il séduira. Tout l’enjeu est là. Le Z10 sera disponible en France dès le mois de février.

Le Q10 (écran de 3,1 pouces) est plus proche du design traditionnel de BlackBerry. Surtout, il propose un clavier mécanique, marque de fabrique du constructeur. "On ne pouvait pas faire l’impasse sur le clavier physique", lance Thorsten Heins qui a donc bien entendu les doléances des fans de la marque. Selon nos informations, ce Q10 sera commercialisé en France en avril.

70 000 applications

Ce modèle de gamme intermédiaire vise notamment les jeunes, qui autrefois plébiscitaient BlackBerry et ses claviers. Le fabricant peut compter sur sa colossale base BBM pour tenter de ramener cette cible dans son giron.

Du côté des applications, le groupe a bien compris qu’il fallait proposer une offre conséquente, dès le départ. Grâce à une politique très incitative auprès des développeurs, BB10 est lancé avec 70 000 applications.

Tous les grands noms sont là : de Facebook à Twitter en passant par Foursquare, Skype, Angry Birds, Kindle, mais aussi SAP pour les pros. D’ailleurs, BB10 embarque nativement la suite bureautique Documents To Go.

Et la boutique Blackberry World propose désormais des contenus multimédias (vidéos, musique…) grâce à de nombreux partenariats signés avec des éditeurs de contenus.

Bref, toutes les conditions semblent réunies pour un rebond. Dans l’absolu. Car le choix des consommateurs est peu prévisible. Surtout, la pente à remontée est raide, l’espace limité avec Apple et Android qui concentrent 90% du marché et des challengers agressifs (Windows Phone 8) ou émergents (Firefox OS, Ubuntu, Tizen).

Pour certains analystes comme Ovum, Blackberry est déjà mort. Il est pourtant bien prématuré de signer déjà l’acte de décès suite à ce sursaut.

Publicités

Catégories