Publié par : Papy40 | 30/10/2018

La pire version de Windows 10 ? La catastrophique mise à jour d’Octobre

 

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft a publié la mise à jour Windows 10 octobre 2018 le 2 octobre, puis l’a retirée quelques jours plus tard. Novembre approche et la mise à jour n’a toujours pas été republiée. Où est le problème ? Et cela va-t-il se reproduire ?

En septembre 2017, Microsoft se vantait d’avoir publié la "meilleure version de Windows 10 à ce jour". Un an plus tard, alors que les ingénieurs Windows bataillent avec la dernière version du système d’exploitation, la mise à jour d’octobre 2018 s’affirme comme la pire version de Windows 10 jamais réalisée.

Le mois a commencé presque triomphalement pour Microsoft avec l’annonce le 2 octobre du lancement de la deuxième version de Windows 10 de l’année, la version 1809, conformément au calendrier prévu. Quelques jours plus tard, l’entreprise a pris la décision sans précédent de retirer la mise à jour d’octobre 2018 de ses serveurs pour enquêter sur un grave problème de suppression de données.

La télémétrie seule ne suffit pas pour tout détecter

Des rapports de bugs supplémentaires ont suivi tout au long du mois. Le support intégré des fichiers Zip ne fonctionne pas correctement. Un pilote de clavier a provoqué le blocage de certains terminaux HP avec un BSoD. Certaines polices système sont cassées. Intel a poussé un mauvais pilote audio dans Windows Update, rendant certains systèmes soudainement silencieux. La luminosité de l’écran de votre ordinateur portable a pu être réinitialisée de manière arbitraire.

Novembre approche à grands pas et la mise à jour des fonctionnalités n’a toujours pas été republiée.

Pourquoi les choses ont-elles aussi mal tourné ? Mary Jo Foley, ma collègue à ZDNet, suggère que Microsoft est tellement concentré sur les nouvelles fonctionnalités qu’il a négligé la fiabilité et les fondamentaux. Peter Bright d’Ars Technica affirme que le processus de développement de Windows est fondamentalement imparfait.

Ou peut-être y-a-t-il une explication encore plus simple.

Je soupçonne qu’une grande partie de la responsabilité découle de la dépendance excessive de Microsoft à l’un des principes de gestion les plus ambitieux des cinquante dernières années: "Ce qui est mesuré est fait." C’est certainement un bon principe directeur pour toute organisation, mais cela crée également un piège pour tout manager qui ne tient pas compte également de ce qui échappe à des mesures.

Sous Windows 10, un nombre considérable d’événements de performance et de fiabilité sont mesurés en permanence sur tous les ordinateurs Windows 10. Ces flux de données de diagnostic proviennent du composant Connected User Experience et Telemetry, également appelé Universal Telemetry Client. Et il ne fait aucun doute que Microsoft utilise ces données de télémétrie pour améliorer les fondamentaux de Windows 10.

Dans son billet de septembre 2017, par exemple, Microsoft se vantait d’avoir amélioré l’autonomie de la batterie de 17% dans Microsoft Edge, accéléré de 13% le temps de démarrage et enregistré une réduction de 18% du nombre d’utilisateurs confrontés à "certains problèmes de stabilité du système". Toutes ces données se sont traduites par une fiabilité accrue, mesurée par un volume d’appels considérablement réduit vers les lignes d’assistance de Microsoft :

"Nos équipes de support client internes signalent une réduction significative du volume de demandes d’appel et de support en ligne depuis la mise à jour Anniversary. Au cours de cette période, nous avons assisté à une baisse significative des volumes d’assistance mensuels, au travers notamment d’une baisse considérable des demandes d’installation de mises à jour et de dépannage."

Une fonction pour noter la gravité d’un bug

Microsoft s’est concentré sur les éléments visibles dans son tableau de bord de télémétrie, en surveillant des indicateurs tels que les taux de réussite de l’installation, les temps d’initialisation et le nombre de pannes. Sur ces mesures de fiabilité et de performances, Windows 10 est sans conteste meilleur que tous ses prédécesseurs.

Malheureusement, cette focalisation a été si radicale que la société a raté ce que j’appelle des "erreurs légères". Ainsi, sur le tableau de bord de télémétrie, tout est au vert et chaque action renvoie un événement traduisant une réussite, même si le résultat est tout sauf celui-ci.

La télémétrie est le moyen le plus efficace pour collecter des données afin de diagnostiquer les plantages et des blocages. Il fournit un excellent retour d’informations aux développeurs qui souhaitent affiner les performances des applications et fonctionnalités Windows. Il est très efficace pour identifier les pilotes tiers défaillants.

Mais la télémétrie ne parvient pas à détecter tout ce qui n’est pas incontestablement un crash ou une panne. En théorie, les membres du programme Windows Insider doivent signaler ces problèmes dans Feedback Hub. De fait, les membres du programme Windows Insider ont signalé de nombreux bugs sur une période de plusieurs mois, dont le problème entraînant une perte de données lors de certaines mises à niveau. Plusieurs rapports auraient également dû permettre de résoudre le problème sur les fichiers Zip avant le déploiement.

Alors pourquoi Microsoft est-il passé à côté de ces rapports ? Si vous avez passé du temps dans Feedback Hub, vous savez que la qualité des rapports varie énormément. Comme un ingénieur Windows me le fait remarquer : "Tous les jours, des rapports nous signalent de différentes manières que le dark mode est mauvais." En clair, il est difficile de repérer des rapports pour lesquels le volume est faible et dont le bug ne peut être reproduit en interne.

En réponse à ces alertes manquées, Microsoft a ajouté un nouveau champ à son outil de signalement des problèmes dans Feedback Hub, afin de fournir une indication de la gravité d’un problème. Les utilisateurs Windows peuvent ainsi désormais signaler les problèmes en fonction de leur gravité.

La confiance rompue ?

Le temps nous dira si cet ajout est utile ou si les testeurs sur-notent automatiquement chaque rapport de bug par frustration. Même avec ce changement, les problèmes récents soulignent une faille fondamentale du programme Windows Insider : ses membres ne sont pas formés à l’art du test logiciel.

La valeur réelle des versions Insider Preview réside dans la possibilité de collecter des données de télémétrie auprès d’une population de terminaux beaucoup plus vaste que ce que Microsoft peut tester en interne. En ce qui concerne les rapports manuels, je suis sceptique quant au fait qu’une simple couche de filtrage suffira à les transformer en données exploitables.

In fine, si Microsoft demande à la plupart de ses clients non-entreprise d’installer des mises à jour des fonctionnalités deux fois par an, la responsabilité de tester les modifications de ces fonctionnalités incombe au premier chef à Redmond. Les deux bugs les plus graves de ce cycle, qui se sont tous deux retrouvés dans un produit publié, ont été causés par un changement dans le fonctionnement fondamental d’une fonction.

Un testeur logiciel expérimenté aurait pu et dû résoudre ces problèmes. Un bon testeur sait qu’il est important de tester les cas périphériques. Un développeur qui se précipite pour vérifier le code afin de tenir un calendrier semestriel ne va presque certainement pas tester chacun de ces cas et peut même ne pas envisager la possibilité que les clients utilisent cette fonctionnalité de manière non intentionnelle.

Au cours des prochains jours, Microsoft redéploiera la mise à jour d’octobre 2018 et tout dans le monde Windows-as-a-service reviendra à la normale. Mais en avril prochain, à l’approche de la sortie publique de la version 19H1, nombreux sont ceux qui retiendront leur souffle.

Publicités

Catégories