Source : Ginifo.com

Système d'exploitation Windows 7 de Microsoft

Système d’exploitation Windows 7 de Microsoft

Windows 7 devient une cible, les infections augmentent de 71%

Auteur : Jérôme Gianoli Dans Windows 15/10/2019 0

A l’approche de sa fin de vie, Windows 7 devient une cible pour les pirates. Une récente étude dévoile une augmentation des infections lde 71% par rapport à 2018.

D’ici quelques mois Windows 7 sera officiellement abandonné par Microsoft. La date est fixée au 14 janvier 2020. Il s’agira de son dernier Patch Tuesday. Ensuite, tous les PC sous ce système d’exploitation ne seront pas concernés par la grande maintenance mensuelle de Microsoft. En clair, il n’y aura plus de correctif de sécurité ni de résolution de bug.

Un rapport publié par la société de sécurité Webroot révèle que le nombre d’infections visant Windows 7 a augmenté de 71% par rapport à 2018.

«En règle générale, les ordinateurs utilisant le système d’exploitation Windows 7 ont deux fois plus de change  d’être infectés que ceux fonctionnant sous Windows 10. »

Windows 7, une cible privilégiée des pirates

Dans le détail, Monsieur tout le monde est une cible favorite. Sur l’ensemble des ordinateurs infectés, 64% sont des ordinateurs personnels et 36% des périphériques d’entreprise. A ce sujet il est mis en avant

«Il y a plusieurs explication à cette divergence. Les ordinateurs d’entreprise sont généralement protégés par des pare-feu professionnels et accompagnés d’une sécurité obligatoire. Un utilisateur classique peut être moins exigeant sur cette question de la sécurité.  A cela s’ajoute le fait qu’une personne se montre souvent plus prudente lorsqu’elle navigue sur le Web avec un appareil de son entreprise. »

Les applications vouées à compromettre la sécurité des appareils Windows 7 sont difficiles à trouver. Par exemple, 41% des programmes malveillants dissimulent leurs fichiers dans le dossier temporaire tandis que 24% dans « appdata » et 11% dans le dossier du cache système.

Windows 7 est actuellement un système d’exploitation massivement utilisé. Les derniers statistiques montrent que sa part de marché se situe aux alentours des 30%.

Source : Blogs Windows

Traduction de l’article de Brandon LeBlanc / Senior Program Manager, Windows Insider Program

Préparation de la mise à jour de novembre 2019 (19H2) pour publication

La mise à jour de Windows 10 novembre 2019 (19H2) est maintenant prête pour la publication. Nous pensons que la version 18363.418 est la version finale et nous allons continuer à améliorer l’expérience globale de 19H2 sur les PC des clients dans le cadre de notre cadence de maintenance normale. La version 18363.418 inclut toutes les dernières fonctionnalités 19H2 ainsi que les derniers correctifs inclus dans KB4517389. Les Insiders inscrits dans l’anneau Release Preview ont déjà cette version, aucune action n’est donc nécessaire pour obtenir cette version.

Comme nous l’avons indiqué précédemment, les mises à jour de mai 2019 (version 1903) et de novembre 2019 (version 1909) partagent le même contenu de maintenance. Cela signifie qu’ils partagent les mêmes packages de mise à jour cumulative. Pour les clients qui ont eu la possibilité d’installer 19H2, un package d’activation est téléchargé à partir de Windows Update qui active les fonctionnalités de mise à jour de novembre 2019. Cela modifie le numéro de build du système d’exploitation de Build 18362 à Build 18363. Puisqu’ils utilisent le même contenu de maintenance, le numéro de révision de construction (le numéro qui suit le point) correspondra toujours entre la mise à jour de mai 2019 et la mise à jour de novembre 2019. Aujourd’hui, les clients de la mise à jour de mai 2019 ont la version 18362.418 mais les utilisateurs Windows initiés de la mise à jour de novembre 2019 ont la version 18363.418.

Vérifiez les paramètres de votre programme Windows Insider

La mise à jour de Windows 10 Novembre 2019 étant en cours de finalisation, nous prévoyons de déplacer les Windows Insiders de l’anneau Lent vers la version 20H1. Nous cherchons à apporter ce changement dans les prochaines semaines. Le moment est venu pour vous de vérifier les paramètres du programme Windows Insider de votre choix en accédant à Paramètres> Mettre à jour et sécurité> Programme Windows Insider pour vous assurer que vous êtes bien sur l’anneau que vous souhaitez activer avant que cette modification ne se produise. Si vous êtes un Insider qui souhaite rester sur la mise à jour de novembre 2019, vous devriez basculer sur l’anneau Release Preview. Dans les semaines à venir, nous prévoyons de faire passer les Insiders inscrits à la version 18362.100xxx à la version finale de la mise à jour de novembre 2019.

Publié par : Papy40 | 04/10/2019

Quelques recommandations pour migrer vers l’IPv6

 

Source : ZDNet

Technologie : Le passage à l’IPv6 s’avèrera bientôt nécessaire. Reste qu’adapter le réseau à cette nouvelle version du protocole de connexion devra arriver tôt ou tard. Voici quelques conseils pour s’assurer une transition en douceur

Quelques recommandations pour migrer vers l'IPv6

Alors que l’Arcep a fixé la date de pénurie d’adresses en IPv4 au 7 novembre 2019, le passage à l’IPv6 s’impose aujourd’hui comme une véritable urgence. Pour rappel, l’IPv6 est une norme visant à redéfinir l’écriture des adresses IP afin de résoudre les problèmes de stocks épuisés que rencontrent aujourd’hui les différents Registres Internet Régionaux, chargés d’attribuer les blocs d’adresses. Mais les différents acteurs impliqués dans cette transition n’ont pas tous les mêmes priorités et la transition s’opère à vitesse réduite.

Selon les statistiques de Google, environ 15% du trafic Internet mondial en 2016 utilisait le protocole IPv6. D’ici la fin 2017, environ 20% du trafic Internet devrait utiliser le nouveau protocole. La proportion devrait être de 35% d’ici 2019. En avril dernier l’Arcep précisait que la France peut se prévaloir d’un taux d’utilisation IPv6 de 14,6%. Ce qui place le pays dans la moyenne des pays européens en matière d’adoption IPv6.

Mais la majeure partie de ce trafic IPv6 ne provient pas des entreprises. Car si les FAI ont du de gré ou de force passer à l’IPv6 parce qu’ils venaient à manquer d’adresses IPv4, les entreprises n’ont pas la même pression. Surtout, l’IPv6 ne représente pas aujourd’hui un quelconque avantage business. C’est n’est pas une priorité donc pour bon nombre d’acteurs, sauf pour quelques raisons bien précises.

Par exemple de nombreux systèmes d’exploitation modernes utilisent déjà l’IPv6 par défaut. Les équipes informatiques peuvent donc rencontrer des problèmes si elles ne sécurisent pas et n’assurent pas le support de ce protocole par lequel passent les utilisateurs dans le système d’information de l’entreprise. Ensuite, il faut bien voir qu’une grande partie du trafic internet mondial, en particulier le trafic mobile, utilise IPv6. Donc mettre en place de l’IPv6 dans votre entreprise permet de se connecter sans passerelle avec cet univers en expansion.

Voici donc quelques recommandations pour migrer votre entreprise vers l’IPv6 :

Former toute la DSI à IPv6

L’IPv6 a quelques composants fondamentaux qui sont complètement différents de l’IPv4. D’où un besoin de formation des équipes en interne pour voir comment cette nouvelle manière de connecter joue sur les infrastructures et les applications.

Et comme l’on parle d’infrastructure et d’application, pensez à former les personnels au delà de l’équipe réseau.

Analysez votre infrastructure et vos applications actuelles

Les entreprises devront également évaluer la capacité de leur environnement existant à gérer IPv6. Il convient alors de regarder l’impact au niveau de l’infrastructure globale d’un environnement réseau, pas seulement les commutateurs, les routeurs, les cartes réseau ou encore les systèmes d’exploitation.

Tout doit être examiné pour voir ce qui prend en charge IPv6, ou pas. Un cas a particulièrement surveiller est celui des applications legacy qui potentiellement ne peuvent supporter le nouveau protocole.

Configurer un environnement de test

Mettre en place un environnement de test qui émule les opérations informatiques réalisées par une entreprise au quotidien est une bonne idée.

De cette manière, les équipes peuvent activer IPv6 dans un environnement de test et voir ce qui se passe. Une bonne manière de pister les conflits avec les applications ou le matériel.

Rédigez un plan IPv6

Sur la base des informations qu’ils ont tirées de leur formation, de leurs évaluations et de leurs tests, les organisations pourront ensuite planifier la manière dont elles souhaitent déployer le nouveau protocole dans leur environnement.

Pour ce faire, une planification est une bonne idée également. D’autant que le passage à IPv6 va peut être engendrer une reconfiguration de l’environnement informatique.

L’occasion de tirer partie des spécificités de l’IPv6, voire de faire le ménage de printemps pour optimiser le fonctionnement du réseau avec les besoins actuels de l’entreprise.

Déployer IPv6 en plusieurs phases

Quand vient le temps de déployer IPv6 en production, cela devrait être fait pas à pas, de manière à gérer finement la transition. La méthode Big Bang en ce domaine est un risque qu’il ne vaut mieux pas courir.

Publié par : Papy40 | 30/09/2019

Windows 10 19H2 (1909) : Toutes les nouveautés

 

Source : Tech2tech.fr

Dans quelques jours, la version 19H2 de Windows 10 devrait être déployée. C’est l’occasion pour nous de faire un petit récapitulatif des nouvelles fonctionnalités.

Contrairement aux précédentes mises à jour majeures de Windows 10, pas de vidéo pour présenter les nouveautés cette fois-ci. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’il y a trop peu de nouveautés sur cette version et que cela ne vaut donc pas le coup.

Windows 10 19H2 devrait être déployé dans les jours à venir et la prochaine version sera Windows 10 20H1 (Windows 10 May 2020 Update).

Quoi de neuf pour le Bureau ?

Barre des tâches

Dans cette nouvelle version, Windows 10 offre la possibilité de créer des événements de calendrier à partir de la barre des tâches sans avoir à ouvrir l’application Calendrier. Le volet de gauche du menu Démarrer se développera automatiquement pour révéler le nom de chaque option. Pratique !

Centre d’action et notifications

Le centre d’action permet maintenant de désactiver rapidement les notifications provenant d’un site web ou d’une application en cliquant simplement sur l’engrenage en haut à droit de la notification.

Vous trouverez également un nouveau bouton «Gérer les notifications» en haut de l’Action Center, qui permet d’ouvrir la page de paramètres «Notifications et actions».

Quoi de neuf pour les Paramètres ?

Les notifications

Puisque l’on parle des notifications, on continuer sur le sujet puisque Microsoft à mis à jour la page « Notifications et Actions » dans les paramètres et permet entre autres de désactiver les sons générés par les notifications ou encore de trier les applications ayant envoyé des notifications par date.

Maintenant, vous aurez également la possibilité de configurer les notifications envoyées par les applications natives de Windows 10 avec quelques paramètres supplémentaires.

Quoi de neuf pour le Système ?

Assistant numérique

À partir de la version 1909, Windows 10 permet aux assistants numériques tiers d’activer la voix au-dessus de l’écran de verrouillage.

Les conteneurs

Les conteneurs Windows requièrent une version d’hôte et de conteneur adaptée. Cela limite les clients et empêche les conteneurs Windows de prendre en charge les scénarios de conteneur de versions mixtes. Cette mise à jour inclut plusieurs correctifs permettant à l’hôte d’exécuter des conteneurs de niveau inférieur sur l’isolation de niveau supérieur pour le processus (Argon).

Processeurs

Windows 10 introduit une nouvelle stratégie de rotation des processeurs qui répartit le travail plus équitablement entre ces cœurs privilégiés.

Vie de la batterie

Windows 10 versions 1909 améliore également la durée de vie de la batterie et l’efficacité énergétique des périphériques dotés de certains processeurs.

En vrac…

  • Mise à jour de la recherche dans l’explorateur de fichiers pour afficher des suggestions Web ainsi que des fichiers indexés localement sur le PC.
  • L’explorateur de fichiers prendra mieux en compte du contenu en ligne de OneDrive.
  • Windows Defender Credential Guard sera actif pour les processeurs ARM64.

 

Source : ZDNet

Technologie : Ces versions “canary” du navigateur de Microsoft basé sur le moteur Chromium sont mises à jour quotidiennement.

Comme il l’avait annoncé, Microsoft vient de publier les premières versions de développement de son navigateur Edge Chromium pour Windows 7, 8 et 8.1. Il s’agit des préversions dites “canary”, qui sont mises à jour quotidiennement et ne proposent pas la totalité des fonctionnalités prévues. Dans le cas présent, Edge Chromium n’est pas doté du mode sombre ni de l’identification Active Directory pour Azure, précise Microsoft. Des versions Dev seront ajoutées prochainement pour ces trois éditions de Windows, comme c’est déjà le cas pour Windows 10 et macOS.

Pour l’éditeur, porter Edge Chromium sur les anciennes versions de Windows et macOS est un moyen d’aider les développeurs à tester la compatibilité de leurs applications et sites web. Edge sera toujours fourni d’origine avec Windows 10, mais la mise à jour du navigateur sera indépendante de celle de l’OS, avec des correctifs plus fréquents que la version actuelle de Microsoft Edge. (Eureka Presse)

Publié par : Papy40 | 07/06/2019

Télécharger Windows oui, mais à quelle vitesse ?

 

ZDNet

Technologie : La version 20H1 de Windows 10 permettra aux utilisateurs de définir la vitesse de téléchargement des mises à jour Windows en Mbps. Cette nouvelle fonctionnalité est encore cachée et non documentée par Microsoft.

Lors de la prochaine mise à jour majeure de Windows 10, actuellement connue sous le nom de code 20H1, les utilisateurs peuvent s’attendre à une nouvelle fonctionnalité avancée qui leur permettra de choisir exactement la vitesse de téléchargement de Windows Update.

La fonctionnalité est pour l’instant cachée et a été repérée par le développeur Albacore dans la préversion 18912 de Windows 10, publiée sur le Fast Ring mercredi. Microsoft n’a pas annoncé les paramètres de vitesse de mise à jour dans les notes relatives à la build.

Une option largeur de bande passante

Cette fonctionnalité s’appuie sur les contrôles de mise à jour fournis avec Windows 10 Fall Creators Update dans l’application Settings. Sous Options avancées, les utilisateurs peuvent limiter la quantité de bande passante utilisée pour les mises à jour en fonction d’un pourcentage de la bande passante totale.

Advenced Option

La nouvelle option ‘Largeur de bande absolue’ apparaît désormais au-dessus du contrôle en pourcentage. Les utilisateurs peuvent sélectionner la vitesse exacte en mégabits par seconde pour télécharger les mises à jour en arrière-plan et contrôler la largeur de bande en Mbps utilisée pour télécharger les mises à jour en avant-plan. 

La seule nouveauté annoncée par Microsoft est une mise à jour de l’application Narrator, qui peut désormais indiquer aux utilisateurs le titre d’une page Web derrière un lien ‘Cliquez-moi’. Pour ce faire, les utilisateurs doivent appuyer sur Majuscules + Ctrl D.

"Narrator prendra l’URL de l’hyperlien que vous utilisez et l’enverra à un service en ligne qui fournira le titre de la page à Narrator."

Des douzaines de corrections de bugs figurent aussi dans cette mise à jour, y compris des problèmes d’écran vert et des rapports d’erreurs win32k.sys, des problèmes avec Focus Assist, et des résultats de recherche dans la barre des tâches qui n’apparaissent pas quand un bureau distant est utilisé pour se connecter à une session VM améliorée.

La nouvelle option ‘Largeur de bande absolue’ apparaît désormais au-dessus du contrôle en pourcentage. Les utilisateurs peuvent sélectionner la vitesse exacte en mégabits par seconde pour télécharger les mises à jour en arrière-plan et contrôler la largeur de bande en Mbps utilisée pour télécharger les mises à jour en avant-plan. 

La seule nouveauté annoncée par Microsoft est une mise à jour de l’application Narrator, qui peut désormais indiquer aux utilisateurs le titre d’une page Web derrière un lien ‘Cliquez-moi’. Pour ce faire, les utilisateurs doivent appuyer sur Majuscules + Ctrl D.

"Narrator prendra l’URL de l’hyperlien que vous utilisez et l’enverra à un service en ligne qui fournira le titre de la page à Narrator."

Des douzaines de corrections de bugs figurent aussi dans cette mise à jour, y compris des problèmes d’écran vert et des rapports d’erreurs win32k.sys, des problèmes avec Focus Assist, et des résultats de recherche dans la barre des tâches qui n’apparaissent pas quand un bureau distant est utilisé pour se connecter à une session VM améliorée.

Source : ZDNet

Technologie : Microsoft augmente ses exigences minimales de stockage à 32 Giga de mémoire pour sa mise à jour 1903 de Windows 10, qui sera disponible au mois de mai.

Intéressé par la dernière mise à jour de Windows 10 ? N’espérez pas y prétendre si vous ne disposez pas d’un ordinateur doté de moins de 32 giga de stockage mémoire.

Microsoft a en effet augmenté la capacité de stockage minimale requise pour Windows 10 version 1903 à 32 Go pour Windows 32 bits et 64 bits. Le minimum est supérieur à la capacité de stockage minimale de 16 Go pour Windows 10 32 bits et de 20 Go pour 64 bits, ce qui était tout à fait irréaliste auparavant.
Alors que de nombreuses personnes optent pour des périphériques avec un stockage plus important, l’exigence minimale précédente permettait aux fabricants de matériel de produire des ordinateurs portables bas de gamme avec un stockage eMMC de 32 Go, ce qui laisse aux utilisateurs un espace insuffisant pour installer de nouvelles mises à jour de fonctionnalités Windows 10.  
Le nouveau minimum de stockage apparaît sur la page de la configuration matérielle minimale requise récemment mise à jour par Microsoft et arrive alors que l’entreprise poursuit une phase finale de tests de prévisualisation pour Windows 10 1903 avec Windows Insiders. Windows 1903 devrait sortir en mai et sera baptisée mise à jour Windows 10 mai 2019. Le groupe américain a également récemment mis à jour sa configuration minimale de processeur pour Windows 1903. Cependant, elles restent inchangées par rapport à Windows 1809.
Si la raison pour laquelle Microsoft a choisi d’augmenter ses exigences minimales de stockage, mais avec Windows 10 1903, c’est le "stockage réservé" de Microsoft, qui devrait conserver environ 7 Go d’espace disque pour que les mises à jour puissent être installées en douceur.
Le stockage réservé sera assisté par l’utilitaire Storage Sense de Microsoft, qui gérera la suppression des fichiers temporaires. Les utilisateurs auront la possibilité de gérer la quantité de stockage réservé disponible.  Avant la sortie de Windows 10 1809, Microsoft a averti les utilisateurs que Windows Update ne vérifie pas s’il y a suffisamment d’espace avant de l’initialiser et leur a conseillé de supprimer ou de déplacer des fichiers vers un stockage externe avant de tenter une mise à jour.

Source : "Windows 10 PC with under 32GB storage? No 1903 update for you, says Microsoft"

 

NDLR : Il y a erreur dans la traduction de l’article américain. En fait, pour installer la version 1903, il faut dorénavant disposer d’un minimum de 32 Go libre sur la partition système, c’était 20 Go avant.
2ème modification

 

Source : ZDNet

Technologie : Les correctifs d’avril 2019 de Microsoft causent à présent des problèmes sur Windows 10, ainsi que sur Windows 7 et Windows 8.1. La cause semble en être un conflit avec des antivirus, dont Sophos et Avast.

Microsoft n’en a pas fini – et n’en aura peut-être jamais terminé – avec les soucis de mises à jour. Ce sont cette fois les patchs d’avril qui sont en cause. La semaine dernière déjà, les utilisateurs de Windows 7 utilisant les antivirus de Sophos et Avast signalaient des problèmes de démarrage suite à l’installation des mises à jour.

Si quelques utilisateurs signalaient des bugs similaires sur Windows 10, ils ne semblaient cependant pas généralisés. Microsoft a toutefois depuis confirmé un conflit avec l’antivirus ArcaBit affectant Windows 10 version 1809.

Bugs multiples avec des antivirus pour Windows

"Microsoft et ArcaBit ont identifié un problème sur les terminaux équipés d’un logiciel antivirus ArcaBit qui pourrait rendre le système inerte au redémarrage après l’installation de cette mise à jour" explique l’éditeur.

Microsoft a également identifié un problème affectant l’opération de renommage dans les dossiers Cluster Shared Volume (CSV). Il corrigera ce problème dans une prochaine mise à jour. Ce problème affecte Windows 10, Windows 8.1 et Windows Server 2012, mais pas Windows 7.

"Certaines opérations, telles que le renommage, que vous effectuez sur des fichiers ou dossiers qui se trouvent sur un volume partagé en cluster (CSV) peuvent échouer avec l’erreur,’STATUS_BAD_IMPERSONATION_LEVEL (0xC00000A5)’. Cela se produit lorsque vous effectuez l’opération sur un nœud propriétaire CSV à partir d’un processus qui n’a pas de privilège administrateur."

Suite à ces bugs, l’éditeur a décidé d’implémenter un blocage des mises à jour d’avril pour les utilisateurs d’Avira sous Windows 7, Windows 8.1 et leurs versions Windows Server correspondantes.

La firme de Redmond confirme également des redémarrages touchant les PC équipés d’Avast for Business, Avast CloudCare et AVG Business Edition sur Windows 7. Avast a publié des ‘mises à jour d’urgence’ pour résoudre ce problème.

"Les terminaux peuvent devenir inutilisables lors de l’ouverture d’une session ou de l’écran d’accueil. De plus, il se peut que vous ne puissiez pas vous authentifier ou vous connecter après une longue période de temps" détaille Microsoft.

 

Source : NextImpact

Windows 10 : May 2019 Update et fin des mises à jour obligatoires chaque semestre

Microsoft a annoncé hier soir plusieurs changements, dont un glissement du nom de la prochaine mise à jour 1903 : elle s’appelle officiellement May 2019 Update.

Un retard d’un mois ? En quelque sorte, Microsoft ayant décidé d’envoyer l’actuelle build 18362 dans le canal Release Preview pour un mois entier afin, on imagine, d’en améliorer encore la fiabilité. Elle y débarquera la semaine prochaine.

On sait gré à Microsoft de prendre son temps après une année 2018 catastrophique pour les évolutions semestrielles. Tout particulièrement l’October 2018 Update, jamais passée par le canal Release Preview.

Outre ce délai supplémentaire, Microsoft ne veut plus non plus imposer ces évolutions majeures. Les correctifs mensuels de sécurité resteront obligatoires, mais les utilisateurs pourront passer les mises à jour de printemps et d’automne.

Non seulement ce changement sera compris dans la version 1903 (qui garde ce numéro puisqu’elle a été finalisée en mars), mais il sera également déployé dans les moutures 1803 et 1809.

Prochainement, une mise à jour permettra à ces systèmes d’aller chercher spontanément les nouveaux téléchargements dans Windows Update sans déclencher pour autant l’arrivée d’une version majeure. Elle sera à part, avec un bouton d’installation dédiée.

Un changement important de stratégie, Microsoft abandonnant sa volonté de pousser coute que coute les dernières versions chez les utilisateurs, qui récupèrent ainsi du contrôle sur leur machine. La décision ne manquera pas d’être appréciée.

Microsoft ajoute que des améliorations ont été faites à l’ensemble de son processus de mise à jour pour en augmenter la fiabilité, notamment une détection plus réactive des problèmes potentiellement bloquants sur des machines.

L’éditeur précise en outre que l’expérience globale de mise à jour est améliorée avec la version 1903. L’utilisateur pourra notamment mettre en pause Windows Update pendant 7 jours, renouvelables cinq fois pour un total de 35 jours, et ce sur toutes les éditions de Windows 10.

Enfin, un nouveau Dashboard permettra bientôt de voir le statut en « quasi temps réel » de chaque mise à jour, de son degré de déploiement, des problèmes remontés, s’ils ont été corrigés, etc. Il remplacera l’actuel Historique, avec des éléments partageables par lien ou sur les réseaux sociaux.

En somme, une très vaste opération séduction, mais des décisions allant clairement dans le bon sens.

 

Source : ZDNet

Technologie : Si vous avez été désagréablement surpris par une mise à jour de Windows 10 ces dernières années, un rayon de soleil s’annonce. Dans le cadre de sa mise à jour de mai 2019, Microsoft déploie une série de changements de Windows Update.

Au cours des quatre dernières années, Microsoft a modifié son mécanisme de mise à jour de Windows 10, offrant des ajustements mineurs, qui se sont finalement avérés insatisfaisants. Les plaintes principales concernaient les redémarrages inattendus, en particulier ceux liés aux mises à jour semestrielles des fonctionnalités, au cœur du modèle « Windows as a service ».

Les problèmes ont atteint leur paroxysme en octobre dernier, lorsqu’une série de bugs embarrassants a contraint Microsoft à retirer sa mise à jour d’octobre 2018, quelques jours seulement après sa sortie.

35 jours de pause pour les mises à jour

Six semaines se sont encore écoulées avant que l’éditeur n’annonce que les problèmes avaient fait l’objet d’une enquête approfondie et que la mise à jour était prête à reprendre son déploiement.

A l’époque, les responsables de Windows promettaient des changements radicaux du traitement des questions de qualité. En fin de semaine dernière, la firme a annoncé des détails sur la mise en œuvre de ces changements. Et les résultats sont beaucoup plus substantiels que les observateurs extérieurs ne l’anticipaient.

Ma collègue Mary Jo Foley fournit des détails sur les changements à venir dans son article « Microsoft fait de gros changements de mise à jour de Windows 10 à partir de la version de mai 2019. »

Les plus grands gagnants sont les clients des environnements non gérés, en particulier les consommateurs et les petites entreprises qui utilisent l’édition Famille de Windows 10. A partir de cette mise à jour, ils disposeront enfin de deux options de paramétrage.

Premièrement, ils pourront mettre en pause toutes les mises à jour jusqu’à 35 jours, même après le téléchargement de ces mises à jour. Comme dans les versions précédentes, Home Edition n’inclura pas les options de report disponibles sur les éditions professionnelles, mais l’ajout du bouton Pause permettra de reprogrammer les mises à jour à un moment plus pratique.

Deuxièmement, les clients qui utilisent des PC Windows 10 non gérés ne seront plus alimentés de force de mises à jour fonctionnelles. Au lieu de fournir ces mises à jour semestrielles importantes en même temps que les mises à jour de sécurité mensuelles, Microsoft divise les mises à jour en une catégorie distincte, comme illustré ici.

Se passer des solutions risquées pour éviter les mises à jour

Dans les versions précédentes, la vérification manuelle des mises à jour exposait au risque de déclencher par inadvertance une mise à jour dont le processus d’installation pouvait prendre une heure ou plus.

Avec ce nouveau design, Windows avertira les utilisateurs qu’une mise à jour des fonctionnalités est disponible, mais vous devrez utiliser ce lien distinct sur la page Windows Update pour la télécharger et l’installer.

Et vous n’aurez pas besoin d’installer une mise à jour Windows pour accéder à cette nouvelle fonctionnalité. Selon Microsoft, la nouvelle option « télécharger et installer » pour les mises à jour des fonctionnalités sera implémentée côté serveur. Elle sera disponible pour Windows 10 versions 1803 et 1809 « fin mai », lors du début du déploiement de la nouvelle mise à jour.

En théorie, au moins, ces changements permettent à un terminal exécutant n’importe quelle édition de Windows 10, y compris l’édition Famille, de différer les mises à jour des fonctionnalités pendant la durée de vie de la version en cours. Pour les éditions non-Entreprise, cette durée totale est de 18 mois.

Ces nouvelles fonctionnalités devraient préserver les particuliers du recours à des solutions risquées et non supportées pour différer les mises à jour, telles que la configuration des connexions réseau ou l’utilisation de logiciels tiers douteux permettant d’interrompre le service Windows Update.

Bien sûr, l’intérêt de reporter les mises à jour est d’éviter les problèmes de qualité. Dans un monde idéal, ces problèmes seront rares, avec un impact minimal sur la fiabilité du réseau, et seront réglés rapidement.

Pour les sceptiques qui préfèrent attendre et regarder d’autres utilisateurs jouer au cobaye, Microsoft déploie un nouveau « tableau de bord de santé » des nouvelles versions qui fournira « des informations en quasi temps réel sur l’état actuel du déploiement et les problèmes connus (ouverts et résolus) à la fois sur les fonctionnalités et mises à jour mensuelles. »

Dans le cadre de ses efforts pour minimiser le risque d’une autre série de problèmes de qualité comme ceux connus en octobre 2018, l’entreprise affirme qu’elle utilise de plus en plus ses capacités d’apprentissage machine pour identifier les « problèmes de grande gravité et de faible volume », comme le bug de la Redirection des dossiers connus, qui détruit les données.

L’éditeur introduit également de nouveaux tests pour s’attaquer aux causes profondes des problèmes qui nous échappaient auparavant.

Et ce même objectif signifie également que les tests Windows Insider se prolongeront d’environ un mois de plus qu’auparavant, la build finale de la version 1903 étant envoyée en phase Release Preview un mois avant qu’elle ne soit disponible au grand public.

Ces changements seront-ils suffisants pour convaincre les utilisateurs de Windows 10 pénalisés par les versions précédentes et leurs bugs ? Seul l’avenir le dira. Mais au moins, désormais, les sceptiques ont de nouveaux outils pour se mettre à l’abri.

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories